15ème législature

Question N° 5576
de M. Vincent Descoeur (Les Républicains - Cantal )
Question écrite
Ministère interrogé > Transition écologique et solidaire
Ministère attributaire > Transition écologique et solidaire

Rubrique > emploi et activité

Titre > Avenir du centre départemental Météo France d

Question publiée au JO le : 20/02/2018 page : 1359
Réponse publiée au JO le : 25/12/2018 page : 12239
Date de changement d'attribution: 05/09/2018

Texte de la question

M. Vincent Descoeur attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur l'avenir du centre départemental Météo France d'Aurillac (Cantal). En effet, dans le cadre du projet « Action Publique 2022 », Météo France serait amenée à réduire ses effectifs de 15 % d'ici 5 ans au niveau national. La région Auvergne-Rhône-Alpes serait particulièrement impactée puis qu'elle perdrait à elle seule entre 40 et 60 emplois sur les 180 actuels ; de plus, Météo France aurait l'intention de fermer cinq antennes locales dans la région d'ici 2022, dont celle d'Aurillac, et de transférer une partie des personnels vers les centres urbains. Or il y a tout lieu de craindre que la suppression d'une expertise humaine de proximité dans le département conduise à une dégradation de la qualité des prévisions météorologiques et des services rendus aux différents usagers, en particulier les agriculteurs. Cette station météo constitue en outre un outil d'aide à la décision à disposition des élus locaux, des pouvoirs publics et de la sécurité civile. Il me paraît d'autre part regrettable que cette réforme ne prenne pas en compte l'aménagement du territoire et se fasse encore une fois au détriment des zones rurales par transfert d'emplois vers les grandes métropoles. Il souhaite que son ministère confirme le maintien du centre départemental Météo France d'Aurillac et lui apporte des garanties sur les moyens qui lui sont affectés et la continuité des services qu'il rend.

Texte de la réponse

Le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, est très vigilant quant à la qualité des services météorologiques et climatiques rendus par Météo-France au bénéfice de tous les acteurs des territoires dans le cadre de ses missions de service public. Les modalités d'exercice de ces missions évoluent en permanence, grâce en particulier à l'amélioration des performances des outils. D'une part, les progrès en matière de modélisation numérique du temps doivent permettre de consolider la finesse des prévisions météorologiques et climatiques. Afin d'assurer leur intégration dans la prévision opérationnelle, il est prévu de conforter les moyens de calcul de haute performance de l'établissement, ce qui permettra une meilleure anticipation des risques sur les territoires. D'autre part, l'objectif d'une haute qualité des prévisions météorologiques impose d'intégrer les progrès technologiques et scientifiques accomplis ces dernières décennies en matière de prévision numérique et de systèmes d'information et d'observation. Parallèlement, il importe d'optimiser les moyens des administrations et opérateurs de l'État. C'est pourquoi, il a été demandé au président-directeur général de Météo-France d'élaborer et de porter un projet global concernant l'établissement dans le cadre du programme Action Publique 2022. L'établissement est engagé depuis 2012 dans une nouvelle organisation du fonctionnement de son réseau territorial. Elle entraîne une réduction du nombre d'implantations, qui prend en compte les progrès techniques qui permettent d'assurer les services météorologiques et climatiques attendus par les bénéficiaires de Météo-France, sans maintenir une présence physique permanente d'agents de Météo-France dans chaque département. Le contrat d'objectifs et de performance 2017-2021 de l'établissement a confirmé cette orientation et propose, pour les activités de sécurité des personnes et des biens et de prévision généraliste, une structuration du réseau territorial de Météo-France en métropole autour de sept centres météorologiques interrégionaux. Ainsi, les activités de climatologie et de prévision sur le Cantal seront progressivement reprises à l'échelle interdépartementale par une équipe de prévisionnistes assurant les prestations météorologiques avec les mêmes exigences de qualité qu'auparavant. Les agents actuellement en poste à Aurillac, intégrés à cette équipe de prévisionnistes, pourront continuer à exercer leur activité sur un périmètre géographique élargi depuis leur centre actuel. Les ressources de Météo-France seront à terme concentrées au sein du centre interrégional de Lyon-Bron au fur à mesure des départs des agents concernés.
Retour haut de page