14ème législature

Question N° 90430
de Mme Michèle Delaunay (Socialiste, républicain et citoyen - Gironde )
Question écrite
Ministère interrogé > Affaires sociales, santé et droits des femmes
Ministère attributaire > Affaires sociales, santé et droits des femmes

Rubrique > sécurité routière

Titre > permis de conduire

Analyse > contrôle médical. coût.

Question publiée au JO le : 20/10/2015 page : 7825
Réponse publiée au JO le : 05/01/2016 page : 92

Texte de la question

Mme Michèle Delaunay attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur l'obligation faite aux personnes présentant certaines pathologies de passer un contrôle médical à leurs propres frais pour renouveler leur permis de conduire. L'arrêté du 31 août 2010 fixe la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de validité limitée, de 5 à 3 ans maximum selon les catégories de permis. Il précise les affections médicales incompatibles comme le diabète, les altérations visuelles, les troubles de l'équilibre, les pratiques addictives, l'épilepsie. À date régulière, les personnes présentant ces pathologies doivent ainsi passer une visite médicale dont le prix a été fixé par arrêté en 2011 à 33 euros. Or le coût de cette visite obligatoire est à la charge du malade alors même qu'il est le plus souvent pris en charge à 100 % par la sécurité sociale étant reconnu atteint d'une affection de longue durée. Les personnes soumises à cette obligation de visite médicale, qui ont su vivre au quotidien avec leur maladie comprennent difficilement le risque qu'ils peuvent représenter mais se plient, aux exigences de la loi. Cependant, il leur est difficile d'accepter de devoir financer, le coût de cette visite médicale. Elle lui demande donc d'envisager le remboursement de cette visite médicale obligatoire pour renouveler le permis de conduire de ces personnes reconnues atteintes d'une affection de longue durée.

Texte de la réponse

Les personnes titulaires du permis de conduire et atteintes de certaines affections médicales, notamment l’épilepsie, sont tenues de se soumettre à un contrôle médical afin d’obtenir de manière régulière un certificat médical, qui leur est nécessaire pour conserver l’usage de leur permis de conduire. Cette procédure d’examen médical est issue notamment de l’application des articles R.221-14 et R.226-1 du code de la route, complétés par l’arrêté du 31 août 2010 et pose une obligation destinée à prévenir les accidents prévisibles qui pourraient être liés à l’état pathologique, celui-ci rendant dangereuse la pratique de la conduite automobile. Les frais occasionnés ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie. Ce certificat d’aptitude à la conduite, dont la légitimité et l’intérêt ne sauraient être remis en cause, n’est pas différent de tout autre certificat visant l’exercice d’une pratique, à l’instar par exemple des certificats médicaux d’aptitude à la pratique sportive. Il ne relève donc pas du champ des soins. Un assuré ne peut donc prétendre au remboursement par la sécurité sociale de consultations médicales ayant pour seul objet de satisfaire à une obligation administrative dans le but d’exercer une activité ou de bénéficier d’une autorisation ou d’un droit. Les divers certificats réalisés par les praticiens ne donnent donc pas lieu à prise en charge en ce qu’ils ne relèvent pas de l’activité de soins.